Water Services Corporation: essor du tourisme maltais grâce à une mer plus propre

Water Services Corporation: essor du tourisme maltais grâce à une mer plus propre

Lundi 15 mai 2017 — En 2008, Malte déversait 100 % de ses eaux usées dans la mer. Cette pratique polluante pour l'environnement marin nuisait à l'activité touristique de l'île. C'est alors que la société des eaux maltaises, Water Services Corporation (WSC), a entrepris un long processus: transformer les eaux usées en ressource.

Entre 2008 et 2011, WSC a construit et mis en service trois stations d'épuration. C'est ainsi que la proportion d'eaux usées traitées est passé de 0 à 100 % et que Malte, pays qui n'avait pas appliqué la directive de l'UE sur les eaux usées, est devenue le premier pays méditerranéen à traiter l'ensemble de ses eaux usées.

Si un pays veut progresser, il doit moderniser ses infrastructures,

explique Stephen Zerafa, directeur des relations publiques chez WSC.

Six semaines après avoir commencé à traiter nos eaux d'égout, nous obtenions déjà des résultats très positifs.

Les plages maltaises ont rapidement obtenu plus de drapeaux bleus que jamais, ce qui a accru le tourisme haut de gamme et relancé l'économie locale. Malte est aussi devenue l'une des destinations les plus prisées des plongeurs, cette pratique attirant à elle seule plus de 80 000 touristes chaque année.

Les projets d'épuration de WSC sont maintenant entrés dans la phase suivante: aider le pays à transformer ses eaux d'égout en une ressource de valeur.

Malte n'est située qu'à un peu plus de 300 km d'un désert. Nous sommes une région semi-aride. C'est absurde de gaspiller l'effluent traité en le déversant dans la mer. Il est beaucoup plus judicieux d'en tirer à nouveau profit,

indique Stephen Zerafa.

WSC s'est lancée dans le projet ambitieux de produire de l'eau d'excellente qualité pour l'agriculture, l'industrie et d'autres usages. Ce projet, baptisé «New Water», vise un impact net de zéro sur le cycle hydrique naturel, c'est-à-dire que toute l'eau souterraine extraite sera remplacée. Avec un volume de production total de 7 000 000 m3 par an, ces stations pourraient bientôt refermer le cycle en compensant toute l'eau extraite à Malte.

Forte d'un effectif de 1 000 employés, WSC sera bientôt capable de fournir des services d'eau plus performants aux industries maltaises.

Comme dans n'importe quelle ville européenne, nos eaux d'égout proviennent en majorité des ménages et en minorité de l'industrie,

précise Stephen Zerafa.

Les grands pays ont bien des choses à apprendre des petits pays comme Malte.

 

Profil du travailleur vert

«New Water»: nouveau traitement des eaux usées

Bien que Malte soit entourée par la mer, les seules eaux utilisables sur l'île sont celles extraites de la nappe souterraine et celles produites par osmose inverse. En veillant à ce que ces eaux demeurent sur l'île, l'entreprise ouvre de nouvelles perspectives à la population.

D'une certaine façon, tous les emplois en relation avec le projet “New Water” sont verts. Nous employons des ingénieurs, des architectes, des hydrologues, des opérateurs, du personnel administratif et d'autres experts techniques,

indique Anthony Tanti, responsable du projet «New Water» chez WSC.

L'eau souterraine est une ressource naturelle cruciale pour les écosystèmes. La force du projet «New Water» réside dans la préservation de cette ressource, permettant à WSC de créer un effet d'entraînement économique qui sera ressenti dans les différents secteurs.

Le principal bénéficiaire sera le secteur agricole. Trop d'eau a déjà été extraite au fil des ans et par conséquent, l'eau utilisée pour irriguer les terres présente une salinité élevée. Cette “nouvelle eau” sera bien meilleure et garantira des récoltes plus abondantes, des durées de conservation plus longues et des produits agricoles de meilleure qualité,

affirme Anthony Tanti.

 

Faits et chiffres intéressants

  • WSC collecte et traite les eaux usées produites par plus de 250 000 ménages, entreprises, industries et hôtels, et dessert plus de 420 000 personnes.
  • Le traitement des eaux usées imite un processus naturel, mais la nature met habituellement entre 6 et 12 mois pour traiter les eaux d'égout, contre 24 heures seulement pour une usine d'épuration.
  • Vous obtenez deux sous-produits: de l'eau propre et claire, également riche en bactéries, que vous pouvez déverser dans la mer en toute sécurité, et une boue sèche qui peut être utilisée comme source d'énergie.
  • Les stations New Water de WSC ont pour objectif de ne plus déverser aucune eau usée.
  • Les nouveaux tests réalisés dans le cadre du projet révèlent une amélioration des produits agricoles sur le plan du goût et de la conservation.
Profil du travailleur vert
Ta Barkat, © WSC

Contactez-nous

Enrico Brivio

Porte-parole

Commission européenne

Iris Petsa

Attaché de presse pour l'environnement, les affaires maritimes et la pêche

Commission européenne